La Colline et l'environnement

Après de nombreuses recherches, les Ateliers La Colline se sont établis dans l'environnement bucolique du Canal d'Orléans au sein d'un bâtiment classé de 1910. Désaffectée pendant des années, l'usine électrique de Fay aux Loges (45450) est un joyau des années 1900 par son architecture et sa situation. Il est devenu le lieu idéal pour la construction de bateaux par l'espace qu'il procure et par l'accessibilité à un plan d'eau.

Redonnée vie à ce magnifique bâtiment a été une des raisons principales pour l'implantation des Ateliers La Colline parce qu'il correspond parfaitement à l'esprit d'authenticité et de durabilité. Utiliser un bâtiment existant est quand même plus adapté qu'en construire un nouveau.

Faible poids et matières premières

Ce facteur-clé est absolument déterminant dans la philosophie La Colline en matière de design, et vise à entraîner le maximum de performances.

Les méthodes de fabrication modernes et artisanales permettent d'obtenir un tel résultat. Les œuvres vives traditionnelles lourdes et encombrantes ont été abandonnées au profit de matériaux léger tel de que le contre-plaqué et la résine époxy bio-sourcée à 56%.

Les œuvres mortes, réduites à leurs plus simple expression sont constituées de bois local comme le robinier (faux acacia) ou de bois exotiques tels que le sapelli pour palier au manque de bois sombre et marin. Dans tous les cas, les bois sont issus de forêts gérées durablement.

Par leur conception et le choix des matières utilisées, les périssoires La Colline rivalisent étroitement avec les embarcations plastiques traditionnelles en termes de poids et de résistance à ceci près qu'elles peuvent être facilement réparées en cas d'avarie.

Les matériaux utilisés dans une périssoire La Colline sont majoritairement renouvelables, en particulier le bois, le laiton et l'inox.

L'acier est aussi présent, facilement recyclable et provenant de minerai de fer relativement abondant.

Pour boucler le cycle vertueux de vie de ses produits, les ateliers La colline s'engage à reprendre les embarcations en fin de vie afin de soit les démantelées de façon durable, soit de les recycler pour prolonger leur vie.

Durabilité

La durabilité est un sujet qui se trouve souvent négligé par l'industrie nautique, qui cherche avant tout à vendre le plus possible de bateaux neufs.

Pourtant, le meilleur moyen de préserver des ressources en voie de raréfaction voire d'épuisement consiste à utiliser les embarcations déjà produites aussi longtemps que possible, et non pas à s'en séparer rapidement.

Non seulement les périssoires La Colline survivent longtemps, mais encore beaucoup d'entre elles pourront être restaurées pour un nouveau cycle de vie.

En fait, le style si particulier de la belle époque est si ancré dans l'ADN La Colline que s'en éloigner serait risqué. Cela confère aux périssoires un niveau élevé de valeur résiduelle qui incite les propriétaires à ne pas s'en séparer prématurément, et donne tout son sens à des investissements en vue de les restaurer, même s'agissant d'exemplaires âgés. Le lien émotionnel que beaucoup de propriétaires entretiennent avec leur périssoire favorise également la durabilité.

Le modèle économique La Colline repose sur la production en faible volume d'embarcations durables. Il s'agit peut-être d'une conception à contre-courant de la consommation de masse mais c'est une approche très appropriée dans un monde de plus en plus sensibilisé par la consommation et la production durables.